La magnifique architecture des pieds

La magnifique architecture des pieds

Roger Castell

Les pieds sont une partie du corps insuffisamment connue, bien qu’ils aient une très grande importance dans la vie pour réaliser la plupart de nos activités. Je propose donc ce petit article pour les mettre à la vue de tous, un peu comme si on les mettait sur un “piédestal”..

Notions élémentaires d’anatomie

Les pieds, reliés aux jambes par l’articulation de la cheville, supportent le poids du corps pour la station debout et nos déplacements en assurant 3 fonctions essentielles dans l’équilibre, l’amortissement et la propulsion (1).

Le pied d’un adulte représente une architecture complexe et absolument extraordinaire, puisque chacun d’eux comprend 26 os, 16 articulations, 107 ligaments et 20 muscles qui s’harmonisent pour permettre les divers mouvements. Le squelette du pied est constitué de trois parties, d’arrière en avant : le tarse, le métatarse et les phalanges (orteils). Le tarse (talon) comprend sept os courts dont le calcanéum et l’astragale. Le métatarse comprend 5 os longs qui relient le tarse aux phalanges des orteils (voir le schéma).

La plante du pied a une forme creuse pour faciliter la propulsion pour marcher, courir, danser et sauter, mais la plante peut parfois être affaissée, dans les pieds plats. La peau est composée d’un tissu adipeux épais et élastique, surtout au talon, de terminaisons nerveuses sensibles au chatouillement et de glandes sudoripares (comme les aisselles et la paume des mains). En revanche, elle est dépourvue de poils et de glandes sébacées (come la paume des mains).

Les muscles du pied, comme ceux de la main sont intérieurs ou extérieurs, selon qu’ils agissent sur les articulations contenus dans le pied ou qu’ils sont situés dans les jambes. Parmi les 20 muscles intérieurs, on peut citer les 2 muscles du gros orteil (l’hallux), qui permettent son abduction et sa flexion. Les autres orteils 2 à 5 ont également des muscles spécifiques pour s’étirer ou se fléchir Les muscles extérieurs du pied sont situés dans la jambe et seuls leurs tendons se trouvent dans le pied, pour permettre de le bouger dans toutes les positions d’extension et de flexion au niveau de la cheville.

Les nerfs du pied sont surtout issus du nerf sciatique ou du nerf fémoral dans la cuisse. Ils transportent l’influx nerveux pour agir sur les muscles. Certains innervent aussi la peau et les autres parties du pied.

Les artères du pied, issues de l’artère tibiale, se divisent dans le pied pour donner les diverses artères qui irriguent toutes les parties du pied (muscles, tendons, peau, os, cartilages). Les veines ont des dispositions comparables aux artères dans la profondeur et en surface. Les vaisseaux lymphatiques suivent les voies veineuses profondes et superficielles.

Utilisations quotidiennes des pieds

Les pieds supportent le poids du corps sur sept points d’appui : le talon, qui porte deux tiers du poids lors de la marche, le métatarse (partie avant) et la pulpe des cinq orteils. Au cours de la marche, le pied s’allonge en moyenne de 6mm. Cette déformation est considérable et il faut donc en tenir compte lors de l’achat des chaussures, qui sont d’abord destinée à protéger les pieds. Malheureusement, ces objets ont trop souvent, acquis un rôle exclusivement “esthétique” au détriment du confort. Elles sont donc souvent à l’origine de souffrances (déformations, cors, durillons …) qui nécessitent l’aide d’un spécialiste (2).  

De même, les souffrances causées par les pieds, sont fréquentes parmi les sportifs (football, rugby …), les danseurs professionnels, mais aussi les personnes âgées. Cette-ci éprouvent souvent des difficultés par manque de souplesse, pour entretenir leurs pieds (laver, couper les ongles). Là aussi, l’aide d’un spécialiste est souvent indispensable. C’est le cas de Jean, un retraité de 82 ans qui souffrait d’un ongle incarné et risquait un abcès. Il a trouvé une aide précieuse auprès d’un pédicure-podologue qui a résolu son problème en 2 séances.

Les pathologies du pied

Comme pour d’autres organes du corps, plusieurs affections peuvent concerner les pieds : inflammations, infections, malformations osseuses, fractures. Au niveau du gros orteil (hallux) on trouve l’hallux valgus et l’hallux rigidus (déformations de l’orteil), et des atteintes inflammatoires (rhumatisme, goutte …). Au niveau des métatarses on trouve la polyarthrite rhumatoïde et la fracture de fatigue. Le pied bot désigne une anomalie de la cheville qui peut être congénitale (3 % de la population). Mais les pieds peuvent aussi être victimes d’un banal durillon souvent très gênant. Appelé également cor au pied, cette excroissance en forme de cône est une callosité, causée par un épaississement de la couche de kératine en réaction à l’irritation du pli d’une chaussette ou à la forme trop serrée d’une chaussure. Il convient de l’éliminer (bain de pied, ponçage) ou de faire appel à un praticien des soins du pied. Cette spécialité paramédicale est la podologie et le pédicure-podologue, travaille en relation avec les médecins rhumatologues ou les chirurgiens orthopédistes, pour préserver la santé des pieds.

Contribution du pied à l’histoire de l’humanité

La paléontologie a établi au cours du 20ème que l’évolution du pré-hominidé vers l’Homme n’a pas commencé par la tête, mais par la station debout. Celle-ci a permis, en effet, 4 progrès essentiels dans l’évolution humaine : se déplacer avec seulement les pieds, libérer les mains qui ont pu ainsi acquérir l’adresse, réorienter les organes sensoriels (yeux, nez, bouche) et favoriser le développement du crâne. Ce sont donc bien les pieds, qui ont favorisé, au cours d’une lente adaptation, la libération de la main qui a pu alors travailler, découvrir l’art et inventer l’outil, assurant ainsi le développement de l’intelligence.

L’étymologie (histoire et origine des mots), confirme l’importance attribuée par les hommes à cette partie du corps. Le substantif masculin pied provient de l’évolution des mots latins “pes et pědis”, désignant déjà cette partie du corps humain. Dès le 10ème siècle on trouve dans l’ancien français le mot “pié”, mais le latin médiéval “pedem ou pede” peut aussi être à l’origine du mot pied. En français, les mots de la même famille au sens large sont très nombreux. Citons l’adjectif “pédestre”, les mots : bipède, quadrupède, piéton, piétaille, pion (soldat à pied), piège (entrave pour les pieds), péage (droit de mettre les pieds), pédale (objet actionné avec les pieds), pédoncule et piédestal …N’oublions pas enfin les verbes : piétiner, piéger, expédier, dépêcher et les expressions : faire quelque chose « comme un pied », être bête comme ses pieds, travailler d’arrache-pied, ne plus remettre les pieds, avoir un pied-à-terre, etc.

Une merveille à préserver

Le poids du corps porte seulement sur sept points d’appui : le talon qui porte les deux tiers du poids lors de la marche, le métatarse et la pulpe des cinq orteils. Les 26 os, les 20 muscles et les 16 articulations de chaque pied, forment un extraordinaire ensemble architectural capable de s’adapter à tous les sols, sauf la glace et Léonard de Vinci, dès le 15ème siècle  s’émerveillait déjà de cette complexité et de cette efficacité. Mais les pieds sont fragiles et ils méritent qu’on en prenne soin pour éviter les souffrances inutiles et favoriser le bien-être.

1 – Dr Jean Bénichou et Dr Marc Libotte, Le Livre du pied et de la marche, Ed O Jacob (voir une présentation en page 28). .

2 – Roselyne Landsberg, Tout savoir sur le pied, édition Favre.

Illustrations possibles

Squelette du pied gauche Vue de la plante du pied Les muscles du pied   Principaux nerfs du pied
Shopping Basket