Evitez les problèmes respiratoires et digestifs.

par Roger Castell

            L’humain fait partie des êtres solaires, qui devraient s’activer tous les jours dehors et consommer une alimentation crue, comme tous les animaux en liberté. Malheureusement, les conditions de vie l’obligent de plus en plus à vivre à l’intérieur et à consommer une nourriture industrielle, qui le prive des nutriments indispensables. Comment vivre en bonne santé ?.  

Des nécessités physiologiques aux réactions de défense

            En respirant tous les jours du bon air et en consommant de bons aliments adaptés à la physiologie humaine, la santé est particulièrement florissante et la vie se déroule avec un grand potentiel d’énergie et une bonne humeur quasi permanente. La santé s’exprime toujours par la joie de vivre. En revanche, en respirant un air vicié ou même pollué et en consommant de mauvais aliments, l’organisme se trouve « violenté » par ces toxiques et il réagit en exprimant sa détresse par des allergies, des intolérances, des digestions perturbées, qui s’accompagnent de fatigues, d’inflammations, de malaises et souvent de maladies.

            Pour se libérer des sources de l’empoisonnement, l’organisme met rapidement en place des mécanismes  de défense, plus ou moins efficaces selon le potentiel d’énergie disponible. Il pourra rejeter brutalement le « poison » qui l’intoxique, par le vomissement ou la diarrhée. Si l’énergie est moins présente, l’élimination sera plus lente, sous forme d’aphtes, de prurits,  de rhinite, d’urticaire, d’asthme ou de cystite, etc. Si la réserve d’énergie est très faible, l’organisme ne pourra plus expulser les poisons qui resteront à l’intérieur du corps dans un des organes. Ces « rétentions » sont à l’origine des douleurs articulaires, des œdèmes, des migraines et de la fatigue chronique, qui peuvent engendrer des syncopes et même des maladies lésionnelles.

Principales causes générales d’intolérances et d’allergies

            Les causes d’allergies et d’intolérances sont nombreuses. Dans ces listes bien répertoriées, on peut citer les nutriments inconnus, provenant des céréales hybridés, des OGM, des nanoparticules et de certains fruits exotiques (bananes, ananas…), les molécules toxiques, contenus dans les médicaments donnés aux animaux (hormones, vaccins, antibiotiques) et celles issues de l’agriculture (pesticides) et de l‘industrie agro-alimentaire (conservateurs), mais aussi les poisons habituels pour l’organisme, notamment les métaux lourds et les drogues (boissons alcoolisées, boissons sucrées et tabac).

            Mais il existe aussi des médicaments sensés « soigner », qui peuvent créer des allergies. On incrimine ainsi certaines pommades qui peuvent provoquer des réactions de type eczéma, mais aussi les antibiotiques (néomycine, pénicilline), les anti-inflammatoires, les antiépileptiques, les bétabloquants, certains antalgiques et même le vaccin antitétanique. La liste des médicaments « allergisants » est très longue et j’invite les lecteurs à bien lire les effets dits « secondaires », avant d’accepter un traitement.

            Les problèmes respiratoires et surtout digestifs peuvent provenir aussi des erreurs nutritionnelles, comme les incompatibilités digestives qui associent par exemple les fruits et les desserts sucrés en fin de repas et l’excès de boissons pendant le repas. Ces erreurs provoquent des « flatulences » désagréables qui perturbent la digestion. 

            Enfin, ces difficultés respiratoires et digestives sont amplifiées par les causes psychologiques. Le stress (soucis, préoccupations), crée des tensions et les gros stress très mal vécus (conflits, frustrations), créent des surtensions qui augmentent les besoins de compensations, pour se « faire plaisir » avec un excès de nourriture, d’alcool ou de desserts.

Causes complémentaires d’intolérances

            Selon le niveau de fragilité, il existe aussi des aliments qui peuvent pour certaines personnes créer des réactions de rejet ou de détresse. Chaque humain étant différent, il appartient à chacun de « tester » la bonne assimilation de ces aliments, puisqu’ils peuvent parfois être « nocifs ». Parmi ces produits très consommés on peut citer les céréales hybridées de blé (pain, pâtes, viennoiseries) et le maïs, les produits sucrés (confiture, chocolat, pâtisserie, gâteaux), certains fruits (orange, citron, noix, banane), certains végétaux (céleri, soja, arachide, frites, petits pois, épices), certaines graisses (margarine, mayonnaise, huile raffinée) et certaines boissons excitantes (café) et alcoolisées (vin, bière).

            Les aliments issus du monde animal peuvent également poser des problèmes à quelques personnes. Nous devons tous rester vigilants et ne pas hésiter à renoncer à un aliment qui pose un problème d’intolérance ou d’allergie. Parmi ces aliments on peut citer, le lait industriel et ses dérivés (beurre, crème, yaourt, fromage blanc, fromage gras), le blanc d’œuf et parfois l’œuf entier, les viandes grasses (porc, bœuf…), les crustacés (crabe, crevette…) et certains poissons (sardine, anchois, poisson fumé…).

            La nourriture industrielle est souvent à l’origine d’intolérances, dont il faut prendre conscience pour les personnes fragiles. C’est le cas des conserves, des charcuteries et des plats préparés, car ils contiennent trop souvent des produits chimiques nocifs (conservateurs, colorants, exhausteurs de goût, antioxydants) et parfois des surdoses de sucre, de sel et de graisses nocives. De toute façon les aliments industriels favorisent l’obésité et la dégénérescence. Tout le monde aurait intérêt à les éviter …

            Enfin, il existe aussi des perturbateurs de la digestion, notamment l’excès de nourriture, l’excès de boissons (eau et vin) au cours du repas, l’excès de sucre et de sel, l’excès de graisses, le manque de mastication et  l’excès de toxiques (alcool, tabac et médicaments).

Conditions pour bien digérer

            Pour bien digérer, nous devrions prendre le temps, car chaque repas est particulièrement important, puisqu’il est générateur de santé et de bonheur. Il conviendrait donc d’abord de bien choisir les aliments, puis de préparer soi-même si possible sa nourriture et enfin de manger dans le calme et la détente, car le repas est un grand moment de joie et de plaisir.  L’alimentation de santé se résume en 8 conseils (voir ci-joint).  

Les 8 conseils de l’alimentation de santé 1 – Crudités : légumes (carottes…) et fruits (pomme, cerise). 2 – Compléments : aromates (ail), épices, graines, lacto-fermentés. 3 – Légumes cuits (épinards, courgettes…) et fruits cuits. 4 – Glucides lents (pain, quinoa, riz, pâtes, p. de t). 5 – Protéines : poisson, viande, œuf, légumes secs (haricots …). 6 – Matières grasses : huile de 1ère pression, beurre et crème bio. 7 – Peu de produits laitiers, 8 – Desserts et sucres (très rarement)

            On devrait répartir la nourriture en 3 repas, sans aucun grignotage entre les repas.

            Le déjeuner du matin devrait permettre de faire le plein d’énergie vitale avec les fruits juteux (pour la vitamine C), des fruits oléagineux (noix, noisette, amande) pour la vitamine E, et  des fruits séchés réhydratés la veille (goji, abricot …), pour leur fructose bien assimilé. Ajoutez toujours dans le bol, un peu d’huile riche en oméga 3 (noix, cameline) et un minéralisant (pollen, algue…). Comme boisson, prenez au début un jus de fruits frais bio (citron, orange, pamplemousse) et à la fin une petite tasse de boisson chaude (thé vert, roibos …). Vous aurez ainsi beaucoup d’énergie sans connaitre l’hypoglycémie réactionnelle que connaissent tous ceux qui prennent le petit déjeuner français (café,  pain, beurre pasteurisé, confiture …).

            Le repas du midi et du soir devrait comprendre, un plat de crudités indispensables (vitamines, minéraux …), un plat complet de 3 aliments cuits (féculents, légumes, protéines maigres) et sans prendre de dessert, qui devrait devenir très exceptionnel. Vous aurez une digestion rapide, stimulée par les aliments vivants et en plus vous pourrez économiser vos glandes, vos organes et surtout votre pancréas. Votre santé sera préservée.

            Les allergies disparaissent le plus souvent très vite et c’est ce que m’a raconté Juliette âgée de 58 ans qui souffrait depuis son enfance d’allergies et de crises périodiques d’épilepsie. « Depuis que je prends la nourriture conseillée en supprimant les 2 bananes du matin, je me sens beaucoup mieux. Je n’ai plus mon « coup de barre » de 11 heures et je n’ai plus eu de crise d’épilepsie. C’est un renouveau miraculeux et je vous remercie pour tous ces conseils ».

Augmentons notre vitalité

            Les allergies et les intolérances sont toujours des cris de détresse que l’organisme exprime pour faire réagir la personne. C’est elle qui doit prendre les décisions respiratoires et alimentaires capables de créer les conditions qui entretiennent la santé. Nous pouvons tous agir, pour augmenter notre vitalité, car il n’est jamais trop tard pour bien faire (1).

1 – Voir pour compléments les livres : « Bioélectronique Vincent » et « Les clés de la longévité active ».

Partager

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email